Bio

Biographie

Qui donc aurait envie de mettre toujours les mêmes chaussures noires ? Pour apprendre à rêver, il faut d’abord jouer. Pour Chie Mihara, les barrières esthétiques ou culturelles n'existent pas. De parents japonais, elle naît dans la ville bohème et colorée de Porto Alegre, au sud du Brésil, en 1968. À 18 ans, elle fait ses valises pour étudier la mode à l'école de design de Fukuoka. Une fois diplômée, elle s'installe à Tokyo et entre dans l'atelier de Junko Koshino. Cette créatrice d'avant-garde appréhende la créativité comme un exercice d'identité personnelle débarrassé du besoin d'explorer des univers étrangers. Pendant deux ans, Chie est son assistante et modéliste. Elle l'appelle toujours « sensei ».

Son rapport à la mode est alors une histoire d'amour et désamour, de passion et lassitude. Elle décide d'y renoncer et part à New York pour se lancer dans la sculpture. Cette aventure est de courte durée. Cinq mois plus tard, la mode frappe à nouveau à sa porte sous la forme d'une chaussure, un accessoire dans lequel elle trouve l'équilibre parfait entre la mode et l’art. Elle s'inscrit au prestigieux Fashion Institute of Technology de New York où elle se spécialise dans les accessoires. L'étape suivante, aussi sensationnelle qu'insolite, consiste pour elle à travailler dans un magasin de produits orthopédiques où elle apprend à respecter les pieds (si souvent oubliés et torturés).

Après deux ans passés au service de conception des chaussures de Sam & Libby et déjà tournée vers l'Europe, elle commence à collaborer avec Charles Jourdan, la célèbre maison française de chaussures de luxe. Elle passe ensuite chez Elda, à Alicante, en 1994. Elle y travaille pendant deux ans. Trois enfants et trois ans et demi plus tard, elle décide de faire le grand saut et de créer sa propre marque avec son mari et l'aide d'un fabricant. Nous sommes alors en décembre 2001. Aujourd'hui à la tête de l'entreprise, le couple continue seul. Son mari est le directeur général et Chie la directrice créative. Dix-sept ans, 34 collections et des milliers d'escarpins, bottes et sandales plus tard prouvent qu'il y a bel et bien une vie au-delà des basiques.

Apologie de la beauté (et du confort)

La meilleure paire de chaussures est celle que vous utilisez jusqu'à la détruire et jamais celle qui vous détruit les pieds. Nous avons découvert il y a déjà un certain temps que même le talon le plus sexy pouvait être confortable et que la sensualité des chaussures ne devait pas être remise en cause par l'agenda serré de la femme qui les porte. Personne n'a envie d'utiliser une autre paire d'escarpins juste pour marcher. Nous misons sur des modèles qui nous donnent le sourire et nous emmènent dans une autre dimension. Parce qu'une chaussure est une plateforme merveilleuse pour exaucer les vœux, être heureuse et se sentir belle.

L’univers personnel

Aucun autre accessoire ne crée de lien émotionnel aussi étroit. La chaussure est une forme d'expression. Un morceau de bonheur pour qui l'achète ; une partie de sa vie pour celui qui la crée. Les chaussures de Chie Mihara ne souhaitent pas monter sur les podiums. Elles n'en ont pas besoin. L'inspiration est beaucoup plus intime. Chaque modèle reflète des heures d'expérimentation et de jeu avec les coupes, lignes, matériaux, combinaisons, talons, formes… Ces chaussures ne puisent pas leur inspiration dans les archives de la mode et ne glissent pas de regards furtifs vers les tendances (qui uniformisent tout). Libérée des influences extérieures, la créatrice déploie toute son imagination dans son atelier en explorant son propre univers – à la fois intime et intègre – de rêveries, féminité et joie.

Ne pas avoir peur de la différence

Tourner le dos aux conventions est toujours plus amusant. Quand il s'agit de laisser une empreinte, il faut d'abord faire preuve d'audace. Les chaussures de Chie Mihara sont féminines, mais aussi joyeuses, surprenantes et capricieuses. Le processus créatif est également unique et intuitif, plus proche de celui d'une artiste que de celui d'une créatrice.

La valeur de l'artisanat

L'authenticité possède sa propre forme. Chie Mihara revendique la valeur et le savoir-faire des artisans chausseurs, un métier qui transmet tout son amour et son dévouement aux détails des semelles, talons et formes… Vivre et fabriquer à Elda est une manière de préserver ces connaissances synonymes de conception made in Spain.